Domaine de la famille de Noldor


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Merveille qu'on déplace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Baron(ne)
avatar

Messages : 154

MessageSujet: La Merveille qu'on déplace    Jeu 15 Mar 2012 - 10:48

Pandorha était dans son salon privé, elle était en train de penser au mois d'avril qui annoncerait le début du nouvel an Berrichon. Son travail à la chancellerie Berrichonne lui prenait énormément de temps et il était rare qu'elle puisse profiter de quelques instants surtout à Fortillesse. Ses deux ainés seraient bientôt de retour de chez leur père Bourguignon. Il faudrait qu'elle songe à les présenter à quelques membres de la famille, après tout, même-ci les deux ainés étaient des Hennfield, famille noble de Bourgogne, ils avaient en eux du sang Noldor et Lisieux, cela personne pourrait leur enlever. Songeant au rapport quotidien de la Fortillesse, la belle se dit qu'elle devrait réduire son train de vie, la guerre avait causé quelques dégâts et il était temps de reconstruire en espérant que le nouveau souverain apporte la paix.

Un regard vers son fils Arthur qui était à côté d'elle, la main sur ses cheveux le caressant pendant qu'il somnolait.

Vêtu d'une robe simple, mais qui comme elle l'aimait, était belle et la faisait paraitre comme elle le devait, une belle baronne, elle leva les yeux vers la porte que venait de franchir des invités.



_________________
Ce compte est le compte de l'admin fondateur du forum, autrement connu sous Pandorha puisqu'appartenant à la joueuse de Pandorha. A présent, il servira que pour les soucis forum. Merci à tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://familledenoldor.forumactif.info
Perceval

avatar

Messages : 15
Localisation : Fortillesse

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Jeu 15 Mar 2012 - 10:56

La Fortillesse était un de ses domaines où il n'y avait pas beaucoup de monde, je ne savais pas si c'était à cause de la guerre, mais il n'y avait pas énormément de domestique pour un domaine de noble, enfin je pense, je n'avais pas servi ailleurs, mais je m'étais imaginé pleins de choses qui s'était pas forcément révéler comme juste. Aussi, déposant mes armes, j'avais ensuite conduit le couple d'inviter jusqu'au salon où la baronne se trouvait. Tapant puis après avoir entendu un "oui", je franchis les portes pour annoncer les invités.

Sa Grandeur Héloise Marie de Sparte et Messire Arnaut de Bazaumont Noldor.

Je n'ajoutais pas la Merveille de Bazas, ce n'était n'y un nom de famille, n'y un titre, puis de toute façon, la Dame devait bien connaitre le Arnaut sans qu'on est besoin de rajouter pleins de trucs derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur Gilgaalad

avatar

Messages : 5

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Jeu 15 Mar 2012 - 11:02

Je rêvais, je rêvais d'un monde où j'étais le chef, ou même les grands faisaient tout ce que je voulais, où Maman restait toujours avec moi et où Papa était là. Je rêvais, mais mon rêve prit fin brutalement. On venait de m'arracher à mon monde et je n'aimais pas ça du tout. Alors, que la main de Maman me faisait des caresses, un groupe de personnes entra, on dit pleins de trucs fortement, genre on est sourds, puis un par et deux restent. Je lève mon regard vers la dame à la robe et vers l'homme. Je ne savais pas du tout qui ils pouvaient être et je n'avais pas vraiment envie de savoir, sauf qu'ici, ici c'est mon territoire, mon domaine, ma vie, ma famille. Je les regards, surtout l'homme, je lui fais mon regard, vous savez mon regard habituel, pour lui dire "c'est moi l'homme". Puis je fais ce qui pourrait ressembler à un sourire à la femme, elle est belle, elle est blonde comme Maman.

_________________
Arthur-Gilgaalad d'Arundel des Olonnes,
Fils légitime et adorable de Pandorha de Noldor et de Bubul27 d'Arundel des Olonnes,
Petit frère de Cyrielle-Diane de Hennfield (5ans) et de Goméric-Gaborn de Hennfield(3ans),
Petit frère de Arhiana d'Arundel des Olonnes et parenté à tout pleins de monde, mais je suis le plus mignon,
J'ai presque 1 ans et je n'ai pas toutes mes dents.
Revenir en haut Aller en bas
Héloise Marie
Prince(sse)
avatar

Messages : 4

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Jeu 15 Mar 2012 - 16:03


Au bras d'Arnaut, quand même, elle est contente. Comment pouvait-il en être autrement? Héloise était une de ces jeune fille impulsive et changeant de caractère si facilement, qu'il était parfois difficile de la suivre. Puis elle est jeune, hein, a peine ses 16 printemps fêtés, non pas capricieuse, mais changeante! Arnaut n'avait qu'à l'aimer comme ça, non mais! Pis pourquoi il tirait la tête encore? Elle ne le savait déjà plus. Elle était à son bras c'est tout ce qui comptait et son sourire était revenu assez vite.

Héloise suit le garde, sans trop se soucier de ce qu'elle voit, se souciant plus de où elle marche, étant quelque peu maladroite, pour le moment et ne désirant en aucun cas chuter au bras de son chou. Après il lui aurait reproché mille maux. C'est qu'elle commençait à le connaitre. Finalement, ils parviennent à une porte derrière laquelle un oui se fait entendre alors que le garde frappe quelques coups. Il les présente. Elle sourit et se glisse dans la pièce en tirant Arnaut de son bras.

Pourquoi elle était ici? Hum, parce qu'Arnaut l'avait invité. Sinon, quelle était la raison, le but premier de la visite. Elle n'en savait rien! Mais genre, elle allait se poser la question, haha, grosse blague. Nan, Pandorha lui était amicale, elles avaient été au couronnement de sa cousine, la Duchesse de Lorraine ensemble et y avait passé un bon moment. Un large sourire s'afficha sur ses traits enfantins, sourire qui vacilla légèrement quand elle vit l'enfant auprès d'elle, ouais, elle n'aime pas les enfants, ils sont adorables, mignons, trop chou, surtout celui-ci, mais non, elle était super mal à l'aise avec les enfants. La comtesse s'approche tout de même de Pandorha et lâche le bras de son cavalier pour aller biser la baronne sur les deux joues. Les convenances n'étaient, dans certains cas, pas du tout de la partie.


Bonjour Pandorha. Comment te portes-tu? Qui est ce... petit... jeune homme ici? N'aurais-je pas choisi le plus beau de la famille. Zut zut je me suis trompée!
Revenir en haut Aller en bas
Popsas

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Ven 16 Mar 2012 - 1:04

Et voilà que cela continu , le garde du domaine de sa cousine lui aussi lui manque de respect en oubliant de le présenter comme il se doit , il commençait à rager , l'idée de rebrousser chemin lui est même passée par la tête , mais bon il ne voulait pas trop fâcher sa cousine et par la même occasion Héloise , qui le mérite pourtant , mais bon il avait un petit coeur certes , mais il ne battait que pour elle et sa famille et rien qu'en pensant au trajet effectué depuis la Lotharingie , il pris un sacré coup de fatigue.
Mais malheureusement ce n'était pas le cas de la Comtesse qui quitte la "douceur" de son bras pour se diriger vers la Baronne !!! Et bien , c'est à croire qu'elle voulait plus voir Pandorha que la Merveille. En réponse à cela , il salua froidement sa cousine qui n'avait rien demandé , pour une fois.


Bonjorn !

Et pour mieux montrer sa présence et qu'il comptait s'imposer dans la conversation des deux dames , il se rapprocha d'Héloise mais il allait vite déchanter.
Pas le plus beau de la famille ? quoi ? ce mioche serait plus beau que lui ? ce mioche qui ose le défier du regard ? Non , non et non ! Héloise n'a pu dire cela alors que le plus bel homme du royaume l'a invité en terres berrichonnes , non ce n'est pas possible ! Est ce une provocation de sa part ? oui très certainement ! Parce non , elle ne pouvait être sérieuse en disant que l'enfant est beau , non pas possible.
Il chercha une réplique à lui lancer avant que sa cousine ne donne l'identité du marmot mais ne trouva rien ! Aie , Héloise l'avait séché sur place ? oui il fallait bien le croire. Mais qu'arrive t il à la Merveille ? serait ce l'amour qui le rend aussi indélicat et aussi faible? certainement!
Mais en parlant d'amour , c'est peut être cela la solution ? oui ! voilà qu'un plan machiavélique se dessine sous sa chevelure noire.
Il regarda Héloise , sourit , d'ailleurs pour la première fois depuis qu'ils ont pris la direction de la Fortilesse.
Puis ce sourire s'accompagna d'un rapprochement de son visage -c'est mieux ? c'est enfin le plus beau?- , de plus en plus proche jusqu'à ce que ses lèvres touchent les siennes et y dépose un léger baiser avant de se retirer , de se redresser et de savourer ce moment , exclusif.

Il n'avait jamais fait de geste pour lui prouver son amour jusqu'à aujourd'hui. Il attendait avec impatience la réponse à son geste , son interprétation alors qu'il a n'a jamais autant boudé Héloise.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Baron(ne)
avatar

Messages : 154

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Ven 16 Mar 2012 - 10:41

Un toquage de porte, un "oui" et on vient dans son salon, le garde qui parti juste après un signe de tête de Pandorha et un sourire illumine son visage en voyant la belle Héloise et son merveilleux cousin, mais attention, elle ne lui dirait jamais, elle n'était pas folle.

La Arundel Noldor, voyant que son fils était bien assis se leva, Héloise lui bisa les joues et Pandorha fit pareil. Elle n'eut pas le temps de prendre la parole que son invitée parla et cela fit plaisir à la blonde. Celle-ci croisa le regard de son cousin, il avait l'air non content, mais c'était Popsas après tout. Lui souriant, elle vit son geste, un baiser à Héloise, Pandorha ne dit rien, après tout, ils étaient en privé. La jeune femme enchaîna et présenta le petit être qui était avec eux.


Je vous présente Arthur Gilgaalad mon fils cadet. Je suis navrée que mon époux ne soit pas présent n'y mes ainés, mais vous aurez de toute façon, l'occasion de les voir un autre jour.

Elle reprit place à sa place et posa Arthur sur ses genoux, Pandorha invita les deux à faire de même.

C'est un plaisir de vous voir à Fortillesse. La route fut agréable ?

La Baronne se rappela les moments avec Héloise, lors de la bénédiction de la Duchesse de Lorraine où celle-ci avait acceptée de l'accompagner. Elle pensa qu'il était dommage que Alix ne soit pas présente, cela aurait pu être amusant comme situation.

_________________
Ce compte est le compte de l'admin fondateur du forum, autrement connu sous Pandorha puisqu'appartenant à la joueuse de Pandorha. A présent, il servira que pour les soucis forum. Merci à tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://familledenoldor.forumactif.info
Héloise Marie
Prince(sse)
avatar

Messages : 4

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Ven 16 Mar 2012 - 16:03


Ironie et moquerie. Oui oui c'était juste pour ça qu'elle avait eu de telles paroles. Mettre Arnaut en colère, faire en sorte qu'il s'énerve. Qu'elle gagne, encore une fois. Même si elle fut prise à son propre jeu, le fourbe. Déjà, il lui sourit et elle, elle trouve ça bizarre. Mais qu'il se rapproche d'elle comme ça si.. heuu proche... Pour QUOI?

Ses yeux s’écarquille alors qu'elle reçoit, penaude et déstabilisée, le baiser d'Arnaut, posant ses lèvres sur les siennes. Allons donc, comme ça, en public, devant sa cousine, devant le marmot, sans demander de permission à son père? Bon, elle aurait pu, piquer colère rouge, frapper du pied ou s'en aller outrée, mais elle ne pense pas du tout à ça à ce moment là. Elle était de prime abord frappée par la maladie du rougissement, faiblesse parmi les faiblesses du monde. Puis par celle plus terrible encore du bafouillement exprimant son mal à l'aise qui débutait ainsi que l'énorme chose bizarre et chouette qui avait explosé dans sa poitrine.

Elle entendit qu'à peine la présentation de l'enfant, tandis que ses yeux bleus étaient rivés sur Arnaut, emplis de points interrogations subtilement étouffés.

Pandorha s'assit, du coup, Héloise fit de même, par copiage pur et simple et parce qu'elle avait soudain l'impression que ses bras étaient mille fois trop grands pour son corps et subitement, ils lui semblaient inutiles, comme de trop, elle ne savait pas où mettre ses mains. Les jambes rapidement croisée, la comtesse cligne rapidement des yeux pour se remettre à l'ordre du jour.


Oh heu oui nous avons fait bon baiser...heu... bon voyage. Merci, ces lèvres sont... heuuu, ce domaine est fort charmant.

La gorge sèche, ses yeux papillonnent sur la pièce à la recherche d'une carafe ou peu importe quoi mais un truc à boire et passe en même temps sur la robe de Pandorha à laquelle elle n'avait pas encore fait attention et qui lui valu un soupire envieux, puis enfin retombèrent sur Arnaut et entreprit de faire remonter le rouge à ses joues!

Le fourbe!! Il le lui payerait et cher! Du reste, non, elle n'a rien écouté...

Revenir en haut Aller en bas
Popsas

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Sam 17 Mar 2012 - 3:45

Le voilà beaucoup moins tendu , il affichait même un grand sourire narquois tout en fixant Héloise pour savourer sa victoire. Il ne s'attendait pas à une telle victoire sur la jeune femme qui en perd tout ses moyens et pourtant son geste n'était pas uniquement cruel..
Puis pour ne pas paraître trop impoli il fit de même que les deux femmes tout en continuant à fixer Héloise , puis détourna son regard vers sa cousine.


Ce...heu , charmant enfant se nomme donc Arthur Gilgaalad ! En voilà un bien joli nom qui a du plaire au Vicomte .

Il regarda de nouveau l'enfant , avec un air menaçant cette fois ci , non non il n'est pas jaloux d'un très jeune enfant qui ne sait même parler.
Puis ayant peur que Pandorha remarque le regard qu'il lançait à son fils et au vu de la difficulté qu'avait Héloise à parler , il pris la parole.


Le voyage ? bon ? ...je ne sais , je ne sais . Je dirai que j'en ai connu de bien meilleurs . La raison m'est inconnue. Un regard avec des yeux perçants en direction d'Héloise pour la désigner comme la coupable de l'ennui subis lors du voyage.
Il s'enfonça dans son fauteuil tout en serrant les accoudoirs du fauteuil ne s'étant toujours pas remis de son comportement dans le carrosse.


Dis très chère Baronne , peux tu me faire servir quelque chose ,de bon si possible ,pour que je puisse me désaltérer ! Parce qu'avec ce voyage plus long que prévu ,nouveau regard en direction d'Héloise , je n'ai pu me restaurer.

Avec ces deux là il fallait vite s'imposer , profiter de leur faiblesse avant qu'elles ne t'avalent tout cru ! Alors il enchaina , voulant diriger la conversation et ainsi éviter les sujets qui pourraient le fâcher

Alors dites , il me semble que vous étiez en empire il y a quelques temps toutes les deux ? Et cela ne l’avait pas plu de savoir cela , le paranoïaque qu'il est aime pouvoir contrôler tout ce qui se passe autour de lui afin d'éviter que sa jalousie ne refasse surface et le mette de mauvaise humeur , le rendant ainsi fort désagréable , voir étouffant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Arthur Gilgaalad

avatar

Messages : 5

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Sam 17 Mar 2012 - 11:56

J'écoutais, je regardais et je fus mis sur les genoux de ma Maman. Heureusement que je ne comprenais pas, l'homme me regardait, je ne l'aimais pas c'était décidé, il m'énervait et il parlait à Maman en plus, je le dirais à mon Papa. J'aurais voulu lui dire pleins de choses, mais je ne le pouvais pas, quand je le pourrais, je me souviendrais de ce jour et alors, je dirais pleins de choses ! Et on me croira, car la vérité elle sort de ma bouche, pas de la sienne qu'il a collée sur les lèvres de la femme, beurk, c'est vraiment un dégoutant cet homme, en plus la femme à l'air pas bien après ça.

Restant avec ma Maman, je fis mine de m'endormir, en réalité j'écoutais, même sans comprendre, j'écoutais. Je m'ennuyais un peu à dire vrai, c'était chiant, je ne pigeais rien, je ne pouvais rien dire.

_________________
Arthur-Gilgaalad d'Arundel des Olonnes,
Fils légitime et adorable de Pandorha de Noldor et de Bubul27 d'Arundel des Olonnes,
Petit frère de Cyrielle-Diane de Hennfield (5ans) et de Goméric-Gaborn de Hennfield(3ans),
Petit frère de Arhiana d'Arundel des Olonnes et parenté à tout pleins de monde, mais je suis le plus mignon,
J'ai presque 1 ans et je n'ai pas toutes mes dents.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Baron(ne)
avatar

Messages : 154

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Sam 17 Mar 2012 - 12:40

De toute évidence, Héloise était encore sous le choc de ce baiser, cela fit sourire Pandorha. Faisant mine de ne pas l'avoir remarqué, Pandorha poursuivit et son regard se posa sur son cousin, le laissant parler. Elle ne releva pas le passage sur le fait que son fils portait un nom qui pouvait plaire à son père, vu que la dernière fois qu'il avait vu son fils, il avait refusé de le prendre sans ses bras. Enfin, elle l'écouta.

Bien sûr, un verre de Poire de Sancerre, je pense que cela nous fera le plus grand bien .

Pandorha donna ses instructions et quelques minutes après, à boire et quelques mets fut servi. Son cousin continua et elle l'écouta, passant son regard vers Héloise lorsque Popsas parla de leur voyage en Empire, plus précisément en Lorraine. Tout en souriant, elle répondit.


Oui, en Empire, en Lorraine, pour le couronnement de la Duchesse, parente de Héloise je crois bien. Dommage que tu n'étais pas avec nous. Nous nous sommes bien amusé avec Hélène.

La belle attendait la question, "qui est Hélène" ou pas. On verra si cela intéresse son cousin. Curieuse, elle demanda.

Sinon, vous deux, cela avance-t-il ?

Oui, la Arundel Noldor, aimait les couples, elle voulait savoir comment cela se passait pour eux.

_________________
Ce compte est le compte de l'admin fondateur du forum, autrement connu sous Pandorha puisqu'appartenant à la joueuse de Pandorha. A présent, il servira que pour les soucis forum. Merci à tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://familledenoldor.forumactif.info
Héloise Marie
Prince(sse)
avatar

Messages : 4

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Sam 17 Mar 2012 - 14:15

Le fourbe le fourbe le fourbe le fourbe, elle ne cessait de se le répéter, la blonde. M'enfin, d'abord il fallait reprendre un peu de contenance et revenir à elle. Elle écoute Arnaut parler. Du voyage. Ouais le voyage était nul en tout point par SA faute à lui donc d'office que des meilleurs avaient été connus avant. Mais elle ne relèverait pas, elle mijotait sa presque vengeance, plus contre cette manière de faire à lui que contre le baiser qui en soi n'était pas si mal.

Soit, elle prend la coupe qu'on lui sert et boit doucement, pas trop pas trop peu, mais savourant le rafraichissement qui coulait dans sa gorge et activait ses papilles, laissant retomber ce rougissement et cette retenue qu'elle affichait. Poire de Sancerre, qu'elle ne connaissait pas, mais qu'elle aimait déjà. Oh pas plus que la mirabelle qui était son péché mignon depuis son voyage en Lorraine m'enfin. Ca allait faire son effet sans nul doute pour délier les langues et les esprits

En effet, Jade est ma cousine, Arnaut! Il s'agissait d'une sortie entre filles.

Hop, sa jalousie sera contenue par le mot fille. Ou pas. Par contre à la question de comment ça avançait entre eux, elle fut prise sur le fait. Un moment, elle fut tentée de se tourner vers Arnaut pour l'inviter à répondre, puis pensa à prendre à profit cette opportunité pour qu'il soit à son tour, pris au piège.


Oh et bien, nous avons définis quelques tarifs pour les écarts d'Arnaut. Sinon, une fois la fin de sa campagne politique, on avisera, n'est-ce pas Arnaut?

Elle lui offre un sourire ravit et tout à fait innocent puis trempe ses lèvres dans le breuvage. Puis accompagne ses paroles en glissant sa main dans la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Popsas

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Lun 19 Mar 2012 - 16:02

Ah ! voilà les rafraîchissements , léger frottement de main , puis se redresse afin de consommer sans modération le breuvage qui n'était pas si mauvais que cela , surtout accompagné des petites douceurs.

Ah oui ? Tu aurais souhaité que je vienne ? est ce vraiment sincère? parce que je n'ai reçu aucune invitation à ce que je sache !
Continu à regarder sa cousine tout en portant à manger à sa bouche , le temps qu'Héloise Marie réponde pour poser ses yeux sur elles.
Hmm , une sortie entre filles ? et puis quoi encore ? ce n'est pas une raison ! Mais si tu as honte de moi dis le moi !
En fait il s'en moquait de ne pas avoir été invité , il aurait d'ailleurs certainement refusé pour ne pas à avoir à se taper la traversé de tout le royaume. Puis , froncement de sourcil en entendant le nom de Jade suivi de "ma cousine"et Hélène alors ?

Ah Jade , et qui est cette Hélène alors ? Je ne la connais point...un si joli nom ! Vous me cacher des choses toutes les deux maintenant ?

Il connaissait déjà la réaction d'Héloise lorsqu'il parle de femmes et il n'était pas surpris de ne pas la connaitre , pourtant il était bien sage à quelques catins près.
Aller hop ! Il se fait servir encore un verre , et se goinfre encore des mets , après tout il n'avait rien à dépenser , autant profiter de faire quelques économies et de manger pour au moins une semaine!
"Oh et bien, nous avons définis quelques tarifs pour les écarts d'Arnaut" , relève sa tête à ces paroles , la bouche à demi pleine :


Ah bon ? c'était..*mache*..sérieux ?

Il fini de manger avant de répondre à sa question , légèrement troublé en voyant sa main le toucher : pourquoi ?

Hmmm , oui , nous n'avons décidé de rien du tout. Et rien ne sera décidé avant quelques temps.Cela dépendra de mon humeur.

Il adressa un sourire à Héloise pour accompagner ses paroles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alix de Vaisneau
Duc(hesse)


Messages : 7

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Mar 20 Mar 2012 - 2:19

Le printemps arrivait lentement sur les plaines orléanaises. Alors que les émeraudes de la Duchesse se mirent à balayer le bureau dans lequel elle se trouvait, une envie soudaine s'éveilla en sa caboche. Boucle d'Or n'avait vu sa chère cousine depuis son mariage, union à laquelle la Beaugency cacha sa présence à son entourage de crainte de se faire accuser de traitre car ses petons l'avaient guidé jusqu'en terres berrichonnes. Il n'était point aisé d'être une orléanaise liée à une famille berrichonne lorsque la guerre éclate, bien que si l'ordre lui avait été donné de transpercer le cœur de son oncle, la jeune femme n'aurait point hésité. Du moins, c'est ce qu'elle croyait.
Avant même qu'un de ses gens ne puissent dire supercalifragilisticexpidelilicieux, Alix fit grincer les pieds de son siège sur les dalles du bureau afin de se lever d'un bond et de crier les ordres nécessaires pour qu'on lui prépare un coche et des vivres pour le trajet. On sous-entend ici même des confitures séchées, la friandise... que dis-je La Merveille pour le palais ducal. En parlant de Merveille, la Fronsac ne se doutait point que le Très Haut allait lui jouer des tours à Fortillesse, en lui présentant sous son nez l'intendant de son vicomté de Guyenne, qui se trouvait où? Non non, pas en Guyenne mais en Berry! Scandale au rayon linger... Scandale!

L'intendant de la maisnie supervisait les préparatifs pour se rendre en terres berrichonnes, tentant de ne rien oublier afin de ne pas recevoir la colère de la Beaugency en pleine figure, il ne manquerait plus que ça tient, que la Duduche en herbe vienne lui coller sa mimine sur la joue. Mais alors que les gens s'activaient dans la cours, Boucle d'Or quand à elle farfouillait dans les armoires pour trouver une tenue pour son fils, son cher et tendre Raphaël.


Marie-Madeleine, je t'ai dit mille fois que je ne voulais point que mon fils porte de l'or! Qu'allons nous dire? Il est blond comme l'épi de blé qui pousse sous les rayons du printemps, un Vaisneau, il a tout d'un Vaisneau! Oui bon, ne me regarde guère comme cela, il a pris de son père, je le conçois, mais le sang des Vaisneau coule dans ses veines!

Oui votre grâsce...

Je t'ai dit d'arrêter de m'interrompre! File donc avertir la nourrice que je lui donne sa journée, et demain aussi tant que j'y pense, Raphaël vient avec moi à Fortillesse, nous allons faire une surprise à ma douce cousine.

Mais votre grâsce...

Les fines mains de la jeune mère venaient de se poser sur son héritier afin de le porter dans ses bras, le berçant doucement pour ne point le réveiller. Qu'il était beau quand il dormait, un mini bœuf, voilà ce qu'il était. Certes il avait le sang de sa famille qui coulait dans ses veines, mais la ressemblance frappante du Tyran surprenait encore Alix au point que dès que ses émeraudes se posèrent sur l'enfant, le visage de son père apparaissait dans ses pensées. Père qu'elle voyait peu depuis qu'il occupait sa fonction de gouverneur.
Un regard las se posa sur Marie-Madeleine, d'un mouvement de menton, elle la congédia afin de profiter de l'instant présent avec son fils, son unique enfant. Elle n'aimait pas les mioches mais à cet instant, toute carapace s'envola pour apporter l'amour que son petit cœur éprouvait pour l'héritier des Sorel.



[Un long long voyage...]


Petit soupir.
Le voyage avait été long depuis l'Orléanais. Alix ne cessa d'entrouvrir les rideaux de son coche pour admirer le paysage ou plutôt pour vérifier l'avancée du coche. Plus vite elle serait arrivée, et mieux cela sera. En effet, Raphaël ne semblait guère apprécier le voyage, il faut dire que le nouveau né n'avait que deux mois, à peine le temps de sortir des griffes du médicastre que sa mère l'enleva pour profiter de lui. Boucle d'Or avait du supporter les surveillances de Maestro, lui qui craignait que l'enfant ne meure à quelques semaines aux suites des complications d'enfanter de sa mère, mais il pouvait se mettre le doigt dans l'œil le vieux grincheux, Raphaël était aussi coriace que sa mère, ou son père au choix, mais personnellement je préfère prendre le choix féminin.

Premier coup.
La main d'Alix emprisonna une petite canne afin de porter un coup au toit du coche afin d'interroger l'homme qui menait la voiture. Elle n'attendait pas sa réponse, à ça non, sa tête s'échappa de la fenêtre du coche afin de questionner le conducteur, une main posée sur ses boucles, il était hors de question que son chignon si parfait soit défait. Elle n'avait point voulu mettre de coiffe aujourd'hui, ni sa couronne. C'est qu'elle était lourde parfois.


Dites, on est bientôt arrivé?
Non votre grâsce, Fortillesse est fort fort lointain.

Une heure plus tard.
Et là, on est bientôt arrivé?
Non votre grâsce.

Deux heures plus tard.
Pfff et on arrive quand alors?

Et enfin le miracle arriva.
Le coche se mit à ralentir alors que Boucle d'Or venait de donner le sein à son fils. Oui la duchesse nourrissait son enfant quand elle congédiait la nourrice. Non pas qu'elle aimait ressembler à une vache laitière, mais ces instants étaient les seuls où la mère et le fils pouvaient partager un vrai instant de complicité.
Ses doigts fins vinrent caressent le minois de l'enfant endormi dans l'arc de son bras, lové contre son buste, l'enfant ne pouvait pas mieux rêver pour dormir. La tête contre la poitrine. Il avait un bel avenir devant lui, je vous le dis moi!

La voiture s'arrêta.
L'homme qui menait le coche annonça à un valet du domaine que sa grâsce Alix de Sorel faisait honneur de sa présence. Oui oui honneur. Pas tout le monde qui a droit de voir la duduche en herbe.
Revenir en haut Aller en bas
Perceval

avatar

Messages : 15
Localisation : Fortillesse

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Mar 20 Mar 2012 - 10:20

J'étais en poste quand un autre carrosse fit son arrivée, après le cousin, qui venait donc. Alix de Sorel, elle était sur la liste des gens pouvant avoir accès au château, les titres étaient à côté de la feuille, ainsi ce ne serait pas un casse tête à chercher ou même à demander. Je les conduisis jusqu'au salon où se trouvait la baronne et ses premiers invités et je fis une annonce.

Sa Grâce Alix de Sorel.

Volontairement, je ne dis pas les titres, je ne l'avais pas fait pour la Comtesse du Arnaut, alors.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Baron(ne)
avatar

Messages : 154

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Mar 20 Mar 2012 - 10:28

J'écoutais, toujours en caressant les cheveux de mon ange adorer, j'observais les deux. Campagne politique, Arnaut le faisait en Guyenne, en espérant que cela porte ses fruits, au moins il servirait à quelques choses. Un sourire vient sur les lèvres de Pandorha, elle l'aimait bien ce cousin, elle aimait bien aussi Constantin, mais elle se permettait plus de choses avec Arnaut. Formulant dans ma tête les mots qui allaient sortir de ma bouche, je répondis à Arnaut.

Hélène... Hélène est la fille d'une défunte amie à moi, elle fut celle qui a mis au monde ma fille, trop tôt disparu, Hélène m'appelle sa Tante et elle est pour moi une Nièce. Si vous la voyez un jour, soyez gentil avec elle.

Il avait intérêt, sinon la belle lui arracherait les yeux pour les donner à ses chiens.

Fait attention mon cousin que ton humeur ne te fasse pas perdre ce qui pourrait être la meilleure chose dans ta vie.

Léger sourire, mes lèvres se portent à la coupe de Poire de Sancerre lorsqu'on entra et qu'on annonça la cousine Alix. Surprise, Pandorha après avoir vérifié que son fils ne risquait rien, se leva rapidement et mit ses yeux sur Alix.

Ma cousine ! Quel plaisir de vous revoir.

Les yeux de Pandorha vit autre chose, autre chose que Alix, un sourire immense se fit sur ses lèvres à cet instant et la belle, invita la Duchesse a prendre place à ses côtés. Faisant comme il le fallait, elle fit les présentations.

Alix voici Héloise Marie.
Héloise Marie voici Alix.

Héloise Marie est la...comment dire, promise de Arnaut. Et Alix est notre cousine.


Elle s'empêcha de dire que Alix était plus la sienne que celle de Arnaut, puisque les deux femmes partageaient elles, un lien du sang, mais ne dit rien, cela n'aurait pas été très gentil. Et Pandorha présenta son fils.


Ma cousine voici Arthur mon fils.

_________________
Ce compte est le compte de l'admin fondateur du forum, autrement connu sous Pandorha puisqu'appartenant à la joueuse de Pandorha. A présent, il servira que pour les soucis forum. Merci à tous.
Revenir en haut Aller en bas
http://familledenoldor.forumactif.info
Popsas

avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    Jeu 17 Mai 2012 - 19:14

Les paroles de la berrichonne allaient vite le refroidir. Il se fixait une certaine limite et cette Hélène ne connaîtra jamais les doux bras de la Merveille , du moins tant que sa cousine est toujours en vie. Oh , mais oserait il ? non non , pas pour le chemin menant à une grotte humide.

Il détourna son regard , pour ne pas baisser sa tête. Il est vrai qu'il donnait toutes les raisons pour que sa pierre précieuse le quitte et cela à cause de cette fichue humeur , mais il n'allait pas changer , il savait que trop bien qu'elle restera près de lui , jusqu'à la fin de sa vie.Il se ressaisit donc rapidement , un grand sourire sur le visage , à la limite du cruel , fixant un instant Héloise Marie , puis sa cousine.

Pas d'inquiétudes baronne , pas d'inquiétudes , mon humeur ne me fera rien perdre du tout.

Il porta son verre à ses lèvres , s'enfonçant dans son fauteuil , sûr de lui , bref il se laissait aller. Voilà un comportement qui lui était propre , mais assez discourtois et heureusement pour lui la venue de la blonde allait le redresser avant que quelqu'un lui fasse de remarque.

Il se releva sans réfléchir pour saluer d'une révérence la Duchesse qui venait de faire son entrée , accompagnée.


C'est un plaisir de vous voir en terre berrichonne votre grace.

Il avait laissé sa cousine faire les présentations , ne faisant aucune remarque sur la présentation d'Héloise Marie qui était sa promise , mais uniquement pour lui.

Il repris place dans son fauteuil , puis n'ayant puis s’empêcher de remarquer l'autre gamin , se penche légèrement vers Héloise Marie puis laissa échapper tout bas :


Oooh un autre mioche , quelle joie..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Merveille qu'on déplace    

Revenir en haut Aller en bas
 
La Merveille qu'on déplace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas de place ! faites place à Lunacade ^^
» 2009-10: Match 3em place de la ligue : Amazon VS Skaven
» [RESOLUE] Agrandir la place du thermomètre
» Habbor, toujours sur place !
» La mise en place de la féodalité.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de la famille de Noldor :: Baronnie de Chaillac - Seigneurie de la Fortillesse - Domaine de Pandorha :: Seigneurie de la Fortillesse :: Le Salon-
Sauter vers: